VERNEIX (Allier) - Village Nature aux portes des Gorges de Thizon

  • VERNEIX (Allier)
  • VERNEIX (Allier)
  • VERNEIX (Allier)
  • VERNEIX (Allier)
  • VERNEIX (Allier)
  • VERNEIX (Allier)
  • VERNEIX (Allier)
  • VERNEIX (Allier)

Accueil du site > TOURISME > Canon

Canon

canon2 539x404Cette pièce d’artillerie est un canon bavarois, de calibre 88, démuni de sa culasse mobile et de ses appareils de visée, pris à l’ennemi au cours de la guerre 14-18.

Après la fin de la première guerre mondiale, le gouvernement offrit des trophées aux communes qui, comme Verneix avaient été particulièrement éprouvées, ainsi qu’en témoigne le nombre de tués figurant au monument aux morts (57 morts pour une population de 900 habitants).

Le conseil municipal ayant accepté cette offre, le maire fut avisé un jour d’avoir à prendre livraison d’une pièce d’artillerie en gare des Trillers.
Des volontaires se chargèrent d’aller chercher l’engin avec quatre bons bœufs qui, paraît-il peinèrent pour monter la côte du fer à cheval.
Le canon fut placé sous les platanes, entre l’église et la bascule où il trôna pendant une quinzaine d’années.

Puis il devint gênant lorsqu’on décida de construire un petit quai de débarquement. Alors on le rapprocha de l’église. Pendant la deuxième guerre mondiale, les Allemands, lors de leur passage, le regardèrent avec curiosité, mais le dédaignèrent.

Les années passant, les intempéries laissaient des traces. La peinture s’écailla par plaques, la rouille apparut. Le pauvre canon n’était plus guère décoratif. Certains suggéraient que la commune ferait mieux de le vendre à un ferrailleur.
Proposition absurde : la commune est dépositaire de l’engin qui reste propriété de l’état. On le relégua du côté nord de l’église, où il était moins moins visible.
Mais peu à peu, le bois des roues se mit à pourrir ; des morceaux des rais ou des jantes se détachaient. Le canon devenait dangereux, surtout pour les enfants qui aimaient y venir jouer. On l’étaya avec des pièces de bois et des agglos.

Enfin au cours de l’année 1972, la bonne solution fut trouvée : M. Henri PASQUET, ancien combattant et charron retraité, décida, malgré ses 74 ans, d’essayer de remplacer les roues.
Ce fut un travail de longue haleine. Il dut d’abord se procurer le bois d’acacia nécessaire. Il fallut, à l’aide de crics, soulever l’affût et le tube et les placer sur un socle provisoire. Il fallut déposer les roues, les transporter à l’atelier.

Pendant longtemps notre brave charron travailla avec acharnement. Les roues du canon ne correspondaient pas aux normes des roues de tomberaux ou de carioles.
En se basant sur les morceaux encore presque intacts, il réussit à façonner les rais et les éléments de jantes, puis les assembla pour réaliser des roues neuves. Le cerclage attira bon nombre d’aides bénévoles.
Et bientôt le canon fut monté sur ses belles nouvelles roues.

L’employé communal fut chargé de gratter tout le métal de la pièce afin de le débarrasser des diverses couches de peinture et de la rouille, en vue de le repeindre dans la couleur d’origine.
Mais quelle était cette couleur ? Un officier, spécialiste des armes, fut consulté et déclara que le canon n’était pas autrichien, comme on le croyait, mais bavarois. Aucun exemplaire ne figurant au musée de l’armée en France, il fallut obtenir les renseignements…. en Angleterre. Après des semaines d’attente, notre canon put être revêtu d’une belle peinture gris-bleu.

Après la réalisation de l’adduction d’eau, le puits de la place était devenu inutile. La margelle fut démolie et les maçons recouvrirent l’orifice d’une solide dalle en béton armé, et c’est sur cette plate-forme que fut placé le canon remis sur ses roues.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF