Site officiel de la commune

Site officiel de la commune

Bienvenue sur le site officiel de Verneix

Avertissement : le 2 janvier  2018
Le site est en cours de maintenance
et nous vous prions de nous excuser du mauvais état actuel.

Nous avons dû subir la migration de la plateforme Campagnol, sur laquelle est basé ce site, et qui nous a été imposée par l’AMRF (Association des Maires Ruraux de France)

Cette migration a complètement désorganisé le site en ligne, le rendant inutilisable en l’état actuel ; et qui demandera du temps pour se familiariser avec la nouvelle plateforme ,et remettre le site à niveau .
Nous vous remercions de votre indulgence et de votre patience.

 

 

Informations générales sur Verneix

Verneix est une petite commune du centre de la France, située dans le département de l’ Allier et de la région Auvergne.
Elle fait partie de la Communauté de communes “de Commentry Néris les Bains”.
Les habitants de Verneix sont appelés les Verneixois.
Elle compte environ 600 habitants sur une superficie de 3087 hectares.
Elle est située à quelques kilomètres des autoroutes A71 / A714, entourée des communes de Saint-Angel, Bizeneuille, Estivareilles et Saint-Victor.
La grande ville la plus proche de Verneix est Montluçon qui se trouve à environ 15 kilomètres.
Son église du XIXème siècle, sa mairie et ses écoles se situent au centre du bourg proche du commerce.

 

Cliquer ici pour situer Verneix

Cliquer ici pour plus de détail sur la commune

verneix-bourg6-886-582

Comptes rendus municipaux

2022

REUNION CONSEIL MUNICIPAL DU 01 AVRIL 2022
REUNION CONSEIL MUNICIPAL DU 04 FEVRIER 2022

2021

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

Maison du Pr Alajouanine

pr-alajouanine

pr-alajouanine-p1010199-c

Théophile Alajouanine, né le 12 juin 1890 à Verneix dans l’Allier et mort le 2 mai 1980 à Paris, est un neurologue et écrivain français.

Théophile Alajouanine fait ses études secondaires au collège des Maristes de Moulins et ses études médicales à Paris.

Il est Interne des hôpitaux en 1913 et son internat, interrompu par la Première Guerre mondiale, durera 6 ans.

C’est sous l’influence de maîtres comme Achille Souques et surtout Charles Foix qu’il s’oriente vers la neurologie. Il reçoit aussi une solide formation en psychiatrie, notamment avec Philippe Chaslin. Il sera ensuite successivement chef de clinique des maladies nerveuses (en 1923), médecin des hôpitaux (en 1926) et professeur agrégé de neurologie dans le service du professeur Georges Guillain, poste qu’il conserve jusqu’en 1936. En 1947, il succède à Gorges Guillain à la Chaire de Clinique des Maladies du Système nerveux de la Salpêtrière (dont le premier titulaire avait été Charcot). Il conservera ce poste jusqu’en 1960. Élu membre de l’Académie de médecine en 1951, il était également Grand Officier de la Légion d’honneur et Docteur Honoris causa de plusieurs universités.

Le professeur Alajouanine a consacré toute sa jeunesse à l’étude des problèmes de neuropathologie et individualisé des syndromes qui portent son nom. Il a publié plusieurs centaines d’articles dans la Revue neurologique. Il a contribué à l’essor de la neuropsychologie en s’intéressant à la sémiologie, aux mécanismes et à la rééducation des aphasies. Autour de lui se constitua dans les années 1950 un groupe de cliniciens dont les travaux se révélèrent particulièrement féconds et que l’on désigne sous le nom d’école sémiologique de la Salpêtrière.

Théophile Alajouanine avait une double activité de neurologue et d’écrivain. Son livre sur Valery Larbaud, qu’il a soigné pendant vingt-deux ans, son amitié avec Paul Valéry et de nombreux poètes en témoignent. Il fit l’analyse sémiologique de la maladie neurologique dont souffrit Maurice Ravel à la fin de sa vie. Son ouvrage l’Aphasie et le langage pathologique a été couronné par l’Académie française en 1970.

Publié dans Scientifiques

Services Publics

Stèle de Nancy Wake

Nancy Wake (1912-2011), d’origine australienne, fut une figure importante de la Résistance en France pendant la Seconde Guerre mondiale. D’avril 1944 à la fin de la guerre, elle participe aux actions des maquis dans la région de Montluçon, auprès desquels elle a été envoyée comme agent des services secrets britanniques. Elle séjourna dans le château de Fragne à Verneix.

Le 10 mars 2013, comme elle l’avait demandé, ses cendres ont été dispersées dans un bois situé près du château. Une plaque fixée sur un rocher devant la mairie de Verneix rappelle son engagement.

En savoir plus sur Nancy Wake

mairie2-450-281